RSS Feed

Perçage d’oreille

décembre 10, 2013 by admin

Les trous de perçage peuvent être permanents ou provisoires. Les trous deviennent permanents quand un tunnel de chair est créé par le tissu de cicatrice formé autour de la boucle d’oreille initiale.

Techniques de Perçage

Il existe une multitude de techniques pour percer l’oreille, des méthodes « faites maisons » jusqu’à des techniques où des professionnels utilisent du matériel médical stérile.

Une méthode artisanale connue de longue date consiste à piquer l’oreille à l’aide une aiguille à coudre. Un objet relativement souple (pomme de terre, gomme…) placé derrière l’oreille arrête la course de l’aiguille. L’aiguille est préalablement désinfectée à l’aide d’une flamme, l’oreille à l’alcool. Elle pourra être anesthésiée grâce à de la glace. Une boucle d’oreille est tout de suite placée dans le trou pour permettre la cicatrisation. Attention, cette méthode n’est pas conseillée.

Dans les années 1960, il existait des boucles d’oreille dotées d’un ressort, qui s’enfonçaient progressivement dans le lobe. Cependant, celles-ci pourraient glisser de leur position initiale ; une pression additionnelle était souvent requise, le ressort n’allant pas en bout de course. De nouvelles techniques plus efficaces et plus rapides ont fait tomber ce genre de boucles d’oreille à ressort dans la désuétude.

Parmi ces techniques figurent les pistolets. Initialement destinés au marquage du bétail, des adaptations les ont rendus utilisables sur l’humain. Aujourd’hui la plupart des personnes dans le monde occidental font percer leurs oreilles par ce genre de pistolet, en bijouterie ou magasins d’accessoires. Il existe même des appareils jetables destinés au grand public. Deux des systèmes les plus populaires sont le Studex 75 et le système d’Inverness. Le ressenti lors du perçage de l’oreille avec cette méthode est comparé à un pincement puis à une sensation de chauffe.

Le pistolet est un instrument dangereux, qu’il est impossible de stériliser ou même de nettoyer correctement. En déchirant les chairs brutalement, il créé un violent traumatisme des tissus, souvent à l’origine d’intolérance à certains matériaux. Les boucles à attaches papillons sont également de véritables « nids à microbes ». Cette méthode est aujourd’hui en voie d’abandon, mais malheureusement encore trop utilisée.

Certaines personnes préfèreront utiliser une aiguille creuse, comme pour un piercing corporel. Cette technique a l’avantage de pouvoir être entièrement stérilisée et  à usage unique.


Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.